pluie sur la vallée

je tournais comme un lion en cage depuis hier à cause de la pluie forte qui tombe sur nous, il était temps que je m’équipe et que je sorte

j’ai respiré l’odeur de la pluie et de la brume, les assemblages des branches d’hiver, j’ai marché dans les flaques qui occupaient tout le sentier, j’ai pénétré les petits jardins muets, pas rencontré d’oiseaux ni personne, la nuit est tombée maintenant et je goûte aux images avec en arrière-plan la rumeur toujours rageuse de l’eau






Photographies : Françoise Renaud, 15 décembre 2020

9 Comments

  1. J’entends ta corne de brume, cri des entrailles encerclées qui cherchent ce qui palpite, dans le détail, au plus insensé du probable, dehors, dehors…
    Et cette tension, entre les rives de la rivière normalement habitées et le risque d’un coup de folie sortie des eaux..
    Texte court, apnée “vitale” entre les émotions fortes, sous pression…

    Répondre

  2. je t’imagine bien , chaussée de bottes, portant un ciré dont la capuche a du mal a maitriser cette chevelure, si dense, sauvage comme toi…. dans ce décor de brume, de rivière qui gronde, ne te laisse pas envouter…. regagne vite le coin de la cheminée, le bois qui crépite, jaillissant d’étincelles, Volga enroulée sur le tapis, les bras de l’homme
    et si c’était çà le bonheur ….

    Répondre

  3. Je te vois bien lion en cage à attendre la pluie annoncée, puis la regarder, la craindre, comme toujours depuis.
    Mais tu l’a affrontée, tu as vu qu’elle ne te voulait aucun mal, alors tu t’es réfugiée dans la chaleur du foyer et tu es apaisée.
    Beau texte, juste de quoi exorciser ta crainte.

    Répondre

  4. Eh oui je pense toujours à toi quand je vois un possible déluge cévenol évoqué à la météo… la désolation des années précédentes a laissé des traces physiques sur le terrain mais aussi des rides profondes dans les êtres… le lion sorti de sa cage nous a procuré de bien belles images de pluie…une pluie lumineuse et calme….merci!!

    Répondre

  5. Tes mots et tes images ont formé un coulis d’eau froide dans mon cou. Mais je n’arrive pas à savoir si cela était une sensation agréable ou plutôt pénible. Dans le doute, je joue positif et ce coulis était le bienvenu.

    Répondre

  6. Il pleut. Nous imaginons ton pas habillé pour la balade. Les gouttes s’accrochent au paysage. Quelque chose dans tes mots aspire au dessin de perles qui ne sont pas des larmes.

    Répondre

  7. Tout d’abord, que tes photos sont belles avec ces reflets d’argent comme des perles en suspension… Ensuite, j’aime moi aussi les sentiers mouillés et odorants lorsqu’une pluie fine et régénératrice vient nourrir la terre et purifier les corps. Une échappée belle où je t’ai accompagnée avec un voluptueux plaisir de liberté. Dansons sous la pluie !!!!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.