passage

sentir que l’espace temporel d’un premier jour de l’an à un autre se fait de plus en plus réduit, alors tenter d’en étirer les coins, de repousser les bords du cadre, de vider les greniers et les buanderies pour faire de la place sans oublier de s’attaquer aux portes et aux fenêtres, repousser les rideaux pour qu’elles accueillent davantage de lumière et davantage d’air venu d’en-haut et aussi des vents qui ont circulé longtemps par-dessus la mer, parfois plusieurs nuits d’affilée, et même que ces vents ont fait le tour de la terre, longé des épines neigeuses et des remparts de lave, ronger les falaises et pousser les flots à avaler le sable des plages et à lisser les milliards de galets blancs gris bruns scintillants qui composent le lit des rivages et les cœurs de rivière de notre petite planète qu’il nous faut choyer autant qu’un jardin de campagne, et avant que le temps ne se rétrécisse encore un peu plus, je tâcherai de rejoindre d’ici l’an suivant la belle renarde rouge que j’ai rencontrée ces derniers mois

elle m’a dit « Je suis la mère de toutes les créatures de la lande, je suis la renarde rouge avec des prunelles qui muent du bleu gris à l’ambre doux quand le ciel change, sensibles à toutes les sortes de mouvement. Je suis une fervente et je ne lâche jamais prise. »

il me faut poursuivre avec elle ce récit que j’ai intitulé et les rivages et les îles

et je renouerai autant que je peux avec mes guerriers du grand nord, le roi Olaf de la race des géants, Waralin le survivant, Riks, Mermel et Ernst remplis d’une détermination sauvage pour prendre d’assaut une falaise sans fin, tout un programme

tous ont besoin de moi, enfin je crois, et peut-être que je vous réjouirai avec quelques belles lectures, en tout cas vous aurez toute mon attention et mon amitié

13 Comments

  1. Merci Françoise pour cette fenêtre de poésie, ouverte le dernier jour de l’année. Belle Saint Sylvestre et à très bientôt pour les vœux de nouvelle année.
    Monique et Jean-Pierre de Saint Laurent…

    Répondre

  2. Merci pour ce beau texte chère Françoise, la renarde est vraiment magnifique. Alors oui, aux aguets bien sûr, plus que jamais. Je te souhaite une année riche de belles pages, nourries du bonheur d’écrire. Je t’embrasse une dernière fois en 2021, avant d’entamer cette année nouvelle.
    Bien à toi !
    Bruno

    Répondre

  3. Oui, le temps se resserre, alors oui, élargir nos horizons, au sens premier, évident, mais aussi, plus subtilement, grâce à tes textes qui nous entraînent dans ton monde créatif, toujours renouvelé, qui nous enchante. Ta rencontre avec cette magnifique renarde ne peut que t’inspirer, promesse d’une lecture aussi séduisante que ta photo, symbole d’une nature si belle quand on y est attentif.
    Ouvrons tout grand les portes pour accueillir cette nouvelle année, et merci, chère Françoise de ton amitié, en retour, mes fidèles pensées.

    Répondre

  4. Rouge, la renarde. Blanche, l’hype-borée et verte l’espérance qui ne doit pas nous quitter. Et ton texte, multi-couleurs de ta poésie magique.

    Répondre

  5. Merci Françoise pour toute cette beauté … je m’essaie à :
    « L’écran comme un écrin
    A cette sauvageonne
    Qui hume son destin »
    Et que cette nouvelle année nous rapproche enfin … Tant de choses à partager …
    Amitiés.
    Patricia

    Répondre

  6. Nous sommes face aux vagues de l’Atlantique ; que ces vents dont tu parles si poétiquement apportent jusqu’à toi nos pensées les plus chères !!!!

    Répondre

  7. Très belle fin d’année à toi, poésie en plus. Moi j’attend les nouvelles aventures de Mermel avec tellement d’impatience .
    Certaine que cette année qui s’annonce sera bénéfique pour l’écriture, la lecture mais surtout l’amitié / indéfectible/
    Merci Françoise

    Répondre

  8. Tellement bien décrit ce sentiment de rétrécissement de l’espace « temps » au fil des années qui galopent et ce besoin vital d’aérer et d’élargir l’espace « rêve » pour continuer à respirer…

    Répondre

  9. Toi et cette renarde, le sais tu ce point commun de feu sur le cheveu-pelage ? Même pas étonnée que tu l’aies rencontrée à ce point d’en écrire autant et si bien comme un sang mêlé qui imprime le papier. Tu creuses le terrier, flairant la substance vitale. En mangeant, tu nous nourris. Et je vois une magnifique forêt sauvage que tu vas explorer jusqu’aux champignons des rêves..
    Bel à venir..

    Répondre

  10. En 2022 donc, la renarde sort du bois?
    Que l’année lui ressemble: vive, curieuse, enflammée!
    Merci Françoise pour tes voeux vivants.
    Bises

    Répondre

  11. L’année de la Renarde ce sera 2022. Je n’avais pas lu ce texte mais j’espère bien me régaler très vite de ton histoire en cours, et te souhaite plein d’inspiration pour les mois à venir. Bisous tendres Jacqueline.

    Répondre

  12. Merci Françoise !
    Que de temps passé déjà, depuis notre dernière rencontre….presque mondaine !
    Et, alors que notre Mère Terre se rebiffe et secoue l’échine pour nous rappeler son existence, la Renarde t’appelle, la Forêt me murmure la Paix.
    L’Être humain comprendra t’il enfin qu’il n’est pas seul vivant sur la planète, funambule suspendu à un incertain filin.
    Je veux oublier un instant ces folies ravageuses, pour un peu d’espoir : celui de belles rencontres renouvelées, avec toi et d’autres..
    Que Dame Nature t’inspire encore !
    Au plaisir de te lire encore.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.