marcher regarder

marcher au voisinage de la rivière dans le fouillis des arbres

le matin est clair et doux aux corps qui se fraient un passage non sans mal à travers des fourrés de fragon piquant qui a pris ses aises tout en portant de l’attention aux pierres qui roulent, aux mousses qui glissent, au bruit de l’eau
le chemin n’est pas entretenu
humains absents, traces d’animaux sauvages

il y a des troncs en fouillis, quantité de bois mort, quelques murs éboulés à cause des pluies récentes, un pont depuis longtemps assailli par les crues, des ruines de bâtiments miniers (on dirait un monument précolombien déchu), et toujours le courant d’eau turquoise à nos côtés, et puis bientôt quitter les rives pour bifurquer vers la montagne par un raidillon étroit mal dégagé et fortement creusé par l’eau, longtemps ne pas savoir si c’est la bonne direction jusqu’à voir le ciel réapparaître au cœur du végétal, alors tout change vite, allée forestière au milieu de hauts pins, encore marcher jusqu’à atteindre les premiers domaines habités

 

 

Photographies :  françoise renaud, 30 novembre 2019

 

5 Comments

  1. Que la nature est belle lorsque le silence des sous-bois laisse place à la poésie des mots… L’automne tardif m’enchante et je goûte à chaque instant l’or des dernières feuilles qui frissonnent sur le cerisier du jardin, et aujourd’hui avec toi cette promenade dans un chemin qui court le long du ruisseau gonflé d’eau…

    Répondre

  2. toujours essayer de décrire ce pays comme si je le voyais pour la première fois… toujours essayer de saisir ces instants de lumière sublime, avec les mots et avec les images…
    merci pour vos lectures, tellement merci…

    Répondre

  3. Quelle finesse dans ces végétaux d’automne découpés sur fond de rivière, la palette est luxuriante et flatte l’œil.
    Même si tu connais le paysage, tu découvres à chaque saison la beauté de la végétation qui se pare de ses atours et tu nous les livres si bien…

    Répondre

  4. Il suffit parfois de quelques pas de côté, aux bonnes heures, pour retrouver la nature, sauvage ou presque. Retrouver sa vraie nature, aussi. Il suffit de savoir regarder, savoir lâcher prise pour être émerveillé à nouveau, comme au premier jour. Merci pour cette ballade.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.