en mon for intérieur – jour #2

situation idéale d’habiter à la campagne — pas à me plaindre —, juste apaiser la part d’anxiété pareille à un caillou (scrupulus, petite pierre pointue) coincé dans la gorge, l’inquiétude face à la vérité : celle qu’on se cache à nous-mêmes parce qu’on croit que ça n’arrive qu’aux autres et qu’on est éternel… cette même croyance qui me pousse ce matin à avancer, à réveiller ma curiosité et contempler la suite des saisons, les éclosions, les naissances — j’ai cette chance, j’ai un jardin —, à pousser mon œil au-dessus des fleurs indifférentes à notre situation d’humains confinés, contenus dans leur intérieur, confits dans leur jus — mince ! ça va durer combien de temps cette histoire ? —, déjà impatients et prêts à enfreindre la règle, à ne pas vouloir discerner le fauve caché là tout près dans les rochers

hier je courais, courais après le temps, me plaignais

aujourd’hui la période est propice à la méditation et surtout à la pensée des autres
je m’assois au bord du lit, près de la fenêtre, dans l’allée du jardin, j’appelle un ami ou ma mère qui vit seule, je lis, je regarde le ciel et mes fleurs tout en poursuivant le dialogue intérieur nécessaire à la transformation de mes insatisfactions stupides et de mes zones noires, là-dessus la tristesse à songer à ceux qui sont à bas, touchés, stoppés net

Photographies : Au jardin hier à 16h

9 Comments

  1. Chez toi, le printemps est en avance sur nous… mais le temps si long de « l’enfermement » est le même … Oh ! des choses , on en a tout plein à faire, mais sans cette insouciante quiétude, que c’est difficile d se projeter dans la simple beauté d’une nature qui ne demande pourtant qu’à exploser dans nos jardins comme dans ton texte et tes photos qui nous aident à tenir…

    Répondre

  2. merci Françoise pour ce beau texte et tes belles photos La vidéo avec ta voix Cet après midi passé dans mon jardin et maintenant un jeux de société avec mon compagnon

    Répondre

  3. Merci pour ce texte et aussi pour ta vidéo … merci de ton coucou amical. Et bien oui nous vivons l’impensable… espérons que la vague passe avec le moins de douleur possible… et qu’elle soit source de sagesse …

    Répondre

  4. Oui la vie est là, la vie continue, elle s’affirme dans sa force et sa beauté et nous donne l’exemple de son courage, de son obstination, son ardeur.
    C’est quoi, les délicates fleurs blanches de la dernière photo ?

    Répondre

    1. Ces fleurs blanches sont celles d’une spirée, une espèce un peu japonaise pas trop connue par chez nous…
      je l’avais beaucoup aimée quand je l’ai achetée chez un pépiniériste passionné d’espèces rares, à cause de ses fleurs resserrées qui donnent une impression de neige…

      Répondre

  5. J’ai commencé à l’envers par le dernier texte et ce n’est finalement pas si mal, car je vois que la boucle est (quasiment bouclée). La nature et ton jardin nous sauveront de cette tristesse et cette sidération dans laquelle nous a plongé le confinement.
    C’est un cliché, mais tu l’as compris bien avant nous qu’il était essentiel de ne pas oublier « les choses simples ». Merci belle Françoise de partager ton jardin des délices…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.