an neuf

Je vous souhaite d’innombrables couleurs,
mille petits bonheurs,
des éclosions, des attentes, des saisons douces ou âpres,
des jours de pluie, des cieux radieux,
des promesses à venir, des parties de campagne, des marches silencieuses,
des partages joyeux et aussi des moments solitaires,
des espaces doux et soyeux à habiter,
des vols de rapace ou d’oiseau de mer à suivre longtemps des yeux, et même une fois qu’ils ont disparu sur l’horizon ou sont trop haut dans l’azur,
des fleurs nouvelles à cueillir,

des folies, des furies, du bonheur, du vrai à se rouler dans l’herbe,
de la tendresse et bien d’autres choses qu’on ne peut décrire avec des mots et que nos cellules réclament

tout ce poème à continuer, un vers chaque jour, chaque matin avec le soleil qui vient ou avant que la brume se lève