pousser la langue #05| parler c’était quoi alors

Le Tiers Livre, atelier d’été 2019  : Pousser la langue
Cette fois, proposition de prose narrative : on est dans un bloc, on explore ce que ça donne dans un texte continu en utilisant comme ponctuation des trous en blanc qui organisent le rythme et la narration, on grossit, on ralentit, on repart dans la mémoire ou on revient dans un détail (mémoire, spatialisation, force du dire)  
Le Tiers livre ici

 

parler c’était quoi alors             rien              la table toujours encombrée avec de la vaisselle des miettes de pain des objets à traîner parce qu’avec des enfants on ne peut pas garder une maison impeccable même si on s’acharne              les bruits de succion quand on mangeait la soupe le soir              Père avait une voix lourde et rageuse pour le peu qu’il disait            on le craignait              tout le monde craignait Père à cause de sa voix qui ramenait des paquets depuis l’arrière             des histoires anciennes              des rages des chagrins impossibles à polir             la table en bois plaqué de Formica blanc veiné             assortie aux placards qui occupaient tout un pan de mur             on mangeait vite avec la faim qui poussait            la soupe de légumes             avec des morceaux de pain              la chaleur en hiver près de la cuisinière à charbon            tout petits on était encore nous les enfants et on se rendait bien compte de la colère dans sa voix dans ses yeux            et on ne disait rien              Père ne connaissait pas la douceur de la peau ni l’abandon avec les yeux fermés             quelque chose de son passé qui avait enrayé la machine tendre et il en voulait aux femmes aux enfants au monde entier             aux femmes en particulier             alors c’était bien mieux de se taire             de toute façon quoi dire             les mots l’auraient contrarié parce qu’il les aurait pris contre lui            alors nous deux on aspirait la soupe les yeux baissés et on se taisait             l’homme avait souffert dans sa jeunesse c’est vrai et il aurait voulu que ce soit pareil pour ses propres enfants             d’habitude c’est le contraire             parfois la radio             nous on aimait beaucoup la radio             des voix étrangères qui évoquaient des régions différentes de chez nous             des musiques            après la soupe le dessert             juste une demi-pomme ou une cuillerée de confiture             le plus pénible c’était d’aller embrasser Père avant d’aller au lit                     Mère nous obligeait à le faire tous les soirs et pas envie             la joue rugueuse             pas un geste             on pensait que la vie était comme ça             que les Pères étaient comme ça             que c’était leur rôle d’être rugueux            on pensait qu’un jour on serait partis loin             du coup on attendait de grandir              pour partir             pour s’éloigner             on savait qu’il faudrait vraiment partir un jour pour que la colère de Père n’agisse plus sur nous             qu’on ne prenne plus ses paquets sur le dos             on le savait             faudrait qu’il parte lui aussi sous la terre pour qu’on reprenne des forces             et avec lui dans la tombe ses mots rares et tranchants             une pierre grise et propre avec des fleurs blanches déposées par Mère            sa tombe dans le petit cimetière où on glisse entre les tombes dans les allées de sable balayées par les vents de la mer

Photographie : Bretagne, françoise renaud 2017