l’hiver, fin du cycle

sec, presque mort, l’espace s’embrase autour de lui, l’incendie proche, les lumières à la tombée de l’astre, on ne sait pas vraiment ce qui se passe, une catastrophe imminente qui fait fuir les animaux des taillis, les oiseaux, c’est juste une impression sans doute lors de cette promenade au flanc du mont sauvage avec le village tout au lointain, peut-être que c’est seulement l’hiver qui force le passage, peut-être la venue de la neige pour ce soir ou plus tard, forces rapatriées dans le bois et les racines — insoupçonnables —, une sorte d’hibernation du tendre dans le dur, de l’ours dans la caverne comptant sur sa graisse pour survivre alors que les autres, renards, lynx, blaireaux, fouines, mésanges, tout petits passereaux sans réserves, ils n’ont que la débrouille pour survivre

aussi je pense à déposer des graines dans une mangeoire au bord de ma fenêtre pour ceux qui ont besoin

l’hiver, la fin du cycle

ce soir il y aura du saumon pour mes chattes, du gras pour mes poules, un bon feu dans la cheminée pour les amis

Photographie : Françoise Renaud, 2016

5 Comments

  1. Le feu, force et douceur, à l’image de nos montagnes !!
    Bonnes fêtes à tous y compris aux oiseaux, aux chats, aux amis et…aux ours.

    Répondre

  2. Noël est passé. Je mę sens aussi légère que les moineaux qui picorent ce matin sur la terrasse, prenant des forces pour s’envoler vers de nouveaux horizons…un nouveau cycle à venir….de belles choses à découvrir …
    Une nouvelle année commence . Vive 2017… Qu’elle apporte à tous chaleur , nourriture et amour qui donnent la force vitale aux mots et aux êtres pour exister. Jacqueline.

    Répondre

Répondre à conti lydia Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.